Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Mayotte : Une tortue marine massacrée sur une plage "protégée" par le Conseil Départemental

Vendredi, 06 Novembre 2020

Dans la nuit de mardi à mercredi dernier, notre équipe en patrouille à Mayotte sur la plage de Papani très sujette au braconnage, a terminé la nuit par la plage de Moya 1. Nous y avons fait la découverte macabre d'une tortue marine littéralement massacrée avant d'avoir pondu, ses œufs éparpillés autour d'elle sur le sable. Etant en équipe réduite, nos bénévoles sont obligés de faire des choix difficiles chaque nuit et cette fois, nous sommes hélas arrivés trop tard.

La frustration est grande pour notre équipe qui passe ses nuits à protéger les sites de ponte d'autant que cet acte odieux a eu lieu sur la plage de Moya 1 censée être protégée par une équipe alternée de 15 gardiens du Conseil Départemental. Une fois de plus, aucun gardien n'était présent au poste. À de multiples reprises nous avons pu constater que ces recrues de l'Etat rémunérées à hauteur de 2000 euros mensuels pour protéger les tortues les laissent en réalité à la merci des braconniers, quand ils ne camouflent pas eux-mêmes les cadavres. Depuis maintenant 4 ans que nous sommes sur place, nous faisons chaque année ce même constat insupportable.

"Sea Shepherd va donc entamer une procédure contre l'Etat devant le Tribunal Administratif pour carence dans ses responsabilités à protéger les tortues marines, espèce d'intérêt prioritaire qui est censée bénéficier d'un Plan National d'Action. Dans les faits, c'est l'inaction qui est de mise." déclare Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France.

Sea Shepherd a déjà fait condamner l'Etat en Juillet 2020 pour son inaction dans le cadre de la protection des dauphins victimes des engins de pêche. Que ce soit pour les dauphins ou les tortues, l'Etat est loin d'être à la hauteur de l'enjeu et ne mesure toujours pas l'importance et la nécessité urgente de mieux protéger la vie et l'environnement marin. Nous nous faisons un devoir de le lui rappeler.

Bilan au bout d'un mois de patrouilles de l' Opération Nyamba 4

  • 5 braconniers mis en fuite
  • 2 tentatives de braconnage stoppées
  • 78 patrouilles nocturnes (420 heures)
  • 13 plages surveillées sur Petite et Grande Terre
  • 164 tortues protégées dont 71 ont pondu
  • 21 émergences (naissances de tortillons)
  • 7 tortues braconnées

L'objectif de Sea Shepherd demeure d'étendre l'Opération Nyamba à l'année et de mobiliser sur place des équipes plus importantes, toujours en collaboration avec nos partenaires locaux, les villageois de l'ASVM.