Opération Nyamba 2
2018

Défendre les tortues marines de Mayotte !

Mayotte est une île de l’océan Indien au patrimoine naturel exceptionnel située entre Madagascar et le Mozambique. Plus jeune département français, elle accueille une réserve marine protégée (sur le papier) de 68,381km² à la biodiversité exceptionnelle mais en péril, faute de moyens et de volonté de contrôle et de protection.

Les tortues marines menacées et protégées reviennent sur la plage de leur naissance pour y pondre leurs oeufs. Elles sont alors des proies faciles pour les braconniers qui les attendent armés de machettes. Après leur avoir coupé les nageoires et la tête, ils ouvrent la carapace et récupèrent la viande qui se vend jusqu'à 40 euros le kilo au marché noir. Leurs œufs si précieux pour la prochaine génération de tortues pourrissent sur le sable.

Que fait la France pour protéger ces animaux si précieux pour le lagon et pour l'océan ? rien, ou si peu.

Trop peu de gardes, souvent absents au poste, les plages les plus dangereuses ont carrément été interdites d'accès de nuit en raison de la présence de braconniers. Autrement dit, les tortues sont complètement abandonnées à leur triste sort.

Officiellement, plus de 230 tortues marines ont été braconnées à Mayotte en 2016 et près de 300 en 2015 d’après le REMMAT (Réseau d’Echouage Mahorais de Mammifères marins et de Tortues marines) qui précise dans un communiqué que : « le recensement entrepris tout au long de l’année par le réseau ne reflète que la partie visible du braconnage, révélée par les traces et ossements laissés sur les plages : il n’est qu’une sous-estimation du nombre réel d’actes de braconnage sur Mayotte ». D'après nos estimations le chiffre réel est plus proche du millier de tortues tuées.

De juin à septembre 2017, les volontaires de Sea Shepherd ont mené plus de 200 patrouilles, donnant aux tortues un niveau de protection qu'elles n'avaient jusqu'ici jamais connu et pourtant encore insuffisant.

En Juillet 2018, Sea Shepherd est de retour pour une mission encore plus longue mais là encore, malgré des patrouilles menées chaque nuit, les effectifs restent insuffisants pour couvrir toutes les plages à risque en simultané et les braconniers parviennent encore à faire des victimes en se rabattant sur les plages où nous sommes absents.

Le braconnage à Mayotte est la principale menace qui pèse sur la survie des tortues marines, nous avons encore besoin de moyens pour augmenter le nombre de nos patrouilles et couvrir davantage de plages. Vous pouvez nous aider à sauver davantage de tortues en faisant un don sur :

SEASHEPHERD.FR